Hopper, L’Horizon intra-muros
Le 5 septembre 2016 | 0 commentaire(s)
img-book
ISBN : 9782918698395
Catégorie :

Hopper, L’Horizon intra-muros

« Edward Hopper (1882-1967), Nighthawks, 1942″ : une carte postale, sa légende, et le commencement, voilà bien des années, d’une correspondance intime et inépuisable entre l’écrivain Franz Bartelt et cette toile panoramique du peintre des grandes solitudes. En observant ses personnages qui, dans la nuit, attirent la lumière mais créent vide et silence autour d’eux, Bartelt […]

en savoir plus

12,00

"Edward Hopper (1882-1967), Nighthawks, 1942" : une carte postale, sa légende, et le commencement, voilà bien des années, d'une correspondance intime et inépuisable entre l'écrivain Franz Bartelt et cette toile panoramique du peintre des grandes solitudes. En observant ses personnages qui, dans la nuit, attirent la lumière mais créent vide et silence autour d'eux, Bartelt dénoue "l'impression de déjà-vu" que lui inspire le tableau, à laquelle répondent des morceaux de "poésie spontanée", rêveries poétiques accumulées au fil du temps. Il nous parle avec sincérité de notre étrangeté les uns aux autres, de l'inéluctabilité de la nuit.

ISBN : 9782918698395
Editeur : invenit éditions
Date de publication : novembre 2012
Nombre de pages : 56 pages - broché - 13 x 21 cm

Auteur : Franz BARTELT
Écrivain, dramaturge, journaliste, lui qui avoue commencer toujours par écrire un poème, Franz Bartelt figure parmi les romanciers français les plus estimés. Arrivé dans les Ardennes à l’âge de 4 ans, il habite toujours à Charleville et a tissé un attachement essentiel avec les Ardennes, de par et d’autre de la frontière. Il quitte l’école à 14 ans, entre à 19 ans dans une usine de transformation de papier à Givet, mais écrit alors déjà depuis des années. Pendant longtemps, il écrit continuellement, des journées entières, sans être publié, jusqu’en 1995 et la publication des Fiancés du Paradis, suivi par d’autres romans tous salués par la critique. Habitué de la Série noire et de la Blanche de Gallimard, adepte d’un humour léger et décapant, il aime également confier ses textes à de petits éditeurs. Il a reçu en 2006 le prix le Goncourt de la nouvelle pour Le Bar des habitudes.

Répondre