img-book
ISBN : 9782376800248
Catégories : ,

La Croisière du Vanadis

À bord d’un steamer loué pour la circonstance, Edith Wharton (1862-1937) entreprend au printemps de 1888 une croisière en Méditerranée qu’elle appellera plus tard « un goût de paradis ». Pour l’heure, jeune et riche Américaine en mal de voyage, elle n’est pas encore l’immense écrivaine, peintre de son milieu social et admirée pour Ethan Frome (1911) […]

en savoir plus

29,00

À bord d’un steamer loué pour la circonstance, Edith Wharton (1862-1937) entreprend au printemps de 1888 une croisière en Méditerranée qu’elle appellera plus tard « un goût de paradis ». Pour l’heure, jeune et riche Américaine en mal de voyage, elle n’est pas encore l’immense écrivaine, peintre de son milieu social et admirée pour Ethan Frome (1911) ou Le Temps de l’innocence (1920). De ce périple de trois mois, elle tient un journal qui dormira sur une étagère des réserves de la bibliothèque de Hyères, où elle vécut à la fin de sa vie, jusqu’à ce qu’il en soit exhumé en 1991 par Claudine Lesage. Au-delà des notes semblables à celles d’un carnet de croquis relevé d’aquarelles, des anecdotes et des plaisantes saynètes que nous relate le texte, Edith Wharton, déjà fine observatrice, réussit au fur et à mesure que progresse son récit à en maîtriser le rythme, le temps, à en changer les points de vue, à introduire des personnages vivants, en un mot à construire. En suivant le sillage d’Ulysse sur la Mare Nostrum, c’est d’un voyage initiatique au pays des mots dont ce texte nous parle, l’odyssée fondatrice d’une romancière en puissance. Tenu au plus près de la pérégrination du navire, La Croisière du Vanadis est une invitation à redécouvrir une Méditerranée disparue que les photographies contemporaines de Jonas Dovydenas font merveilleusement réapparaître. Première édition française du texte, cet ouvrage constitue un inestimable apport à la connaissance de la personnalité et de l’œuvre d’Edith Wharton.

ISBN : 9782376800248
Editeur : invenit éditions
Date de publication : 2018
Nombre de pages : 216 - relié - 21 x 27 cm

Auteur : Claudine LESAGE
Claudine Lesage (1943-2013), docteur en littérature anglaise à l’université d’Amiens, s’était spécialisée dans les œuvres de Joseph Conrad sur lequel elle a publié plusieurs études, La maison de Thérèse (1992), Joseph Conrad et le Continent (2003), et des traductions, Le Forban (2005), Du goût des voyages (2007) et Cœur des ténèbres (2009). Au cours de recherches à la bibliothèques de Hyères (Var), Claudine Lesage découvre un manuscrit non signé qui, après étude, se révèle être l’un des premiers écrits d’Edith Wharton, La Croisière du Vanadis, journal de son périple en Méditerranée en 1888. Claudine avait achevé la traduction de ce texte avant d’être emportée par la maladie. Témoignage de son admiration pour la grande romancière américaine, elle a également publié Lettres à l’ami français (2001) et Edith Wharton en France (2011).
Auteur : Jonas DOVYDENAS
Jonas Dovydenas commence à travailler en tant que photographe indépendant en 1968. Dans un style direct qui met en valeur l’acte de voir plutôt que les artifices visuels, ses photographies ont été publiées entre autres dans American Photographer, National Geographic, Adventure, Soldier of Fortune et Time. Son œuvre est visible dans les collections du Art Institute of Chicago, du Museum of Contemporary Art / Chicago, du International Center of Photography, de la bibliothèque du Congrès des États-Unis et du Minneapolis Institute of Art. Membre actif de la Edith Wharton Restoration, Jonas Dovydenas a refait le voyage du Vanadis, tentant de saisir la lumière et les paysages qui ont touché la romancière.
Auteur : Edith WHARTON
Edith Wharton (née Newbold Jones) est née le 23 janvier 1862 à New York (Etats-Unis). Elle appartient à une ancienne et très riche famille de la haute société américaine. Profondément attachée à son milieu, et gardant la nostalgie de cette aristocratie moribonde, elle s’en dégage progressivement pour devenir le peintre très averti et plein d’ironie de sa décadence, de son affairisme et de sa corruption. Elle passe une partie de son enfance en Europe (Paris, Florence ou encore en Allemagne) puis à New York à partir de 1874. À partir de 1906, la plus grande partie de sa vie s’écoule en France, pour elle synonyme de «civilisation». Écrivain fécond, elle peint tour à tour, dans Ethan Frome (1911), L’Écueil (1912), La Coutume du pays (1913) puis Été (1917), les rigueurs de l’esprit puritain dans la Nouvelle-Angleterre. Avec Le Temps de l’innocence (1920), elle rencontre un immense succès et obtient le prix Pulitzer. Edith Wharton décède le 11 août 1937 à Saint-Brice-sous-Forêt (France).

“La Croisière du Vanadis”

There are no reviews yet.