img-book
ISBN : 9782376800156

Jouer à chat

« Les fétiches ne sont ni de pures fabrications humaines, ni des êtres indépendants et libres […] ils assurent le passage d’un état à un autre, d’un temps à un autre, ils sont nos intermédiaires. Nous avons tous besoin de ces objets, ni dieux, ni êtres vivants, ni choses. Sans le savoir, nous sommes tous […]

en savoir plus

12,00

« Les fétiches ne sont ni de pures fabrications humaines, ni des êtres indépendants et libres […] ils assurent le passage d’un état à un autre, d’un temps à un autre, ils sont nos intermédiaires. Nous avons tous besoin de ces objets, ni dieux, ni êtres vivants, ni choses. Sans le savoir, nous sommes tous des Égyptiens. » Entouré de ses deux frères, le Mince et le Puissant, un jeune enfant vit dans une maison avec son doudou Félix qui l’aide et le rassure. Mais des événements que l’enfant comprend mal et qui paraissent liés à la présence d’inconnus, le plongent dans une inquiétude de plus en plus palpable. La menace prendra des formes inattendues contre lesquelles l’enfant cherchera à se défendre. Il faudra finalement qu’il accepte un pacte bien étrange pour assurer son salut. Écrit comme un conte où se réactualisent les mythes égyptiens, ce texte raconte, du point de vue d’un enfant,  ce qui se joue dans la relation que nous avons avec doudous et fétiches. Dans ce récit énigmatique le lecteur retrouvera quelques-uns des thèmes qui nourrissent l’œuvre d’Olivia Rosenthal : l’abandon, la peur et les mécanismes mis en jeu dans l’enfance pour survivre en milieu hostile.

ISBN : 9782376800156
Editeur : invenit éditions
Date de publication : mai 2018
Nombre de pages : 76 - broché - 14 x 18 cm

Auteur : Olivia ROSENTHAL
Olivia Rosenthal a publié une dizaine de récits dont Mécanismes de survie en milieu hostile (Verticales, 2014) et Toutes les femmes sont des Aliens (Verticales, 2016). Elle a obtenu le prix Wepler–Fondation La Poste pour On n’est pas là pour disparaître (Verticales, 2007) et le prix du Livre Inter pour Que font les rennes après Noël ? (Verticales, 2010). Dans un style très personnel où s’entremêlent souvent des formes différentes de narration, Olivia Rosenthal ne cesse, au fil de son œuvre, d’interroger les angoisses que génère notre condition humaine et d’en chercher les antidotes à travers ce qu’elle appelle elle-même des « récits de libération ». Elle écrit également pour le théâtre, fait des performances et intervient régulièrement dans l’espace public (affichages, fresques ou pièces sonores), autant de manières pour elle de renouveler les formes que peut prendre la littérature.

“Jouer à chat”

There are no reviews yet.