img-book
ISBN : 9782918698784
Catégorie :

Devant le Christ de Velázquez

La Crucifixion de Velázquez, peinte vers 1630, peut être tenue avec celles de Rembrandt ou Rubens comme l’une des plus importantes représentations du genre. Inspiré à Unamuno par la contemplation de cette célèbre peinture, Le Christ de Velázquez, écrit en 1920, dit dans un style magnifique la lutte de l’être humain contre la finitude, et la soif d’immortalité qui l’anime. Cette nouvelle traduction de […]

en savoir plus

13,00

La Crucifixion de Velázquez, peinte vers 1630, peut être tenue avec celles de Rembrandt ou Rubens comme l’une des plus importantes représentations du genre. Inspiré à Unamuno par la contemplation de cette célèbre peinture, Le Christ de Velázquez, écrit en 1920, dit dans un style magnifique la lutte de l’être humain contre la finitude, et la soif d’immortalité qui l’anime. Cette nouvelle traduction de la 3e partie du poème, pure ekphrasis, nous installe au cœur même de la peinture. Jacques Ancet convoque tout à la fois sa sensibilité de poète et sa connaissance du domaine littéraire espagnol.

ISBN : 9782918698784
Editeur : invenit éditions
Date de publication : avril 2015
Nombre de pages : 80 - broché - 13 x 21 cm

1864
Miguel de Unamuno y Jugo est né le 29 septembre 1864 à Bilbao, dans une famille de petite bourgeoisie. À partir de 1880, il quitte Bilbao pour faire ses études à Madrid : il y rencontre Francisco Pi y Margall, fervent défenseur du fédéralisme espagnol contre le centralisme, qui occupa durant sept jours en juin 1873 la place de Président de la République, avant d’être forcé de démissionner. Sous cette influence, Unamuno s’affirme en tant que républicain fédéraliste. En 1888, sa candidature au poste de professeur de basque n’est pas retenue à l’université de Bilbao : il part alors pour Salamanque où il devient professeur de grec de 1891 à 1901, langue dont il est spécialiste. En 1897, il contracte une maladie cardiaque qui le pousse dans une profonde crise religieuse, qu’il relate dans son Journal intime publié en 1966. Il devient ainsi le principal représentant espagnol de l’existentialisme chrétien, école de pensée fondée par le philosophe danois Søren Kierkegaard qui prône l’importance du choix personnel et de la responsabilité des individus. À cette crise succède, en 1898, la perte de Cuba. Le déclin de l’Espagne, autrefois grande puissance colonisatrice, est alors plus qu’évident et Unamuno, avec d’autres écrivains (Vallé-Inclán, Antonio Machado…) fonde la Génération 98, dont le but était d’offrir à l’Espagne une régénérescence culturelle. À partir de 1900, il devient recteur de l’université de Salamanque, avant d’être destitué en 1914 en raison de son opposition à la monarchie. Il est forcé de s’exiler aux Canaries en 1924, un an après le coup d’état de Primo de Rivera qui instaure une dictature, et ne reviendra qu’en 1930, à la chute de celui-ci. Il retrouve alors son poste de recteur et se voit même élire député. Il assiste dans ces années aux avancées sociales offertes par la République puis aux complots menés par l’extrême-droite, qui font du général Franco le chef des troupes nationalistes, qui mènera l’Espagne à la guerre civile. Le 12 octobre 1936, lors de la « journée de la race espagnole » à Salamanque, Unamuno prononce un discours resté célèbre dans lequel il s’attaque au pouvoir dictatorial en place. Ce discours lui vaudra une nouvelle destitution de son poste de recteur ainsi qu’une assignation à résidence, le 31 décembre 1936.

“Devant le Christ de Velázquez”

There are no reviews yet.