img-book
ISBN : 9782376800194
Catégorie :

Masques pour théâtres et légendes

« Il est de fait que toute l’humanité porte ou a porté le masque. (…) Des civilisations ont prospéré sans l’idée de la roue. Le masque leur était familier. » Roger Caillois Pourquoi encore un livre-de-masques ? L’essentiel sur le sujet est répété à l’envi dans toutes les préfaces de livres-de-masques : À savoir que […]

en savoir plus

28,00

« Il est de fait que toute l’humanité porte ou a porté le masque. (...) Des civilisations ont prospéré sans l’idée de la roue. Le masque leur était familier. » Roger Caillois
Pourquoi encore un livre-de-masques ? L’essentiel sur le sujet est répété à l’envi dans toutes les préfaces de livres-de-masques : À savoir que le masque masque et démasque, que sa fonction est de cacher (le porteur religieux, comédien ou carnavaleux) et de révéler (le dieu, le personnage, la figure de fantaisie). On y ajoute parfois une autre fonction : la fascination voire la sidération du spectateur. Autre antienne : le masque est universel. Pour développer, illustrer, préciser ces idées, il existe des centaines de livres, catalogues, études sur les masques (Loi du marché rentable des salles de ventes oblige). Mais lesquels ? Les masques africains (depuis le cubisme), océaniens et amérindiens (depuis le surréalisme), himalayens depuis peu, ...on peut ainsi compter plus de 27 publications disponibles sur les masques dogons et 51 sur les masques tibétains. La moindre tradition y est recensée, décrite, expliquée, prête à vendre. Il y a moins d’intérêt (pour le moment, mais cela commence) pour les traditions européennes, les splendeurs de Roumanie ou de l’arc alpin. Pourquoi cette tache aveugle ? C’est à celle-ci que ce livre veut répondre.

ISBN : 9782376800194
Editeur : invenit éditions
Date de publication : avril 2018
Nombre de pages : 120 - relié - 21 x 30 cm

Auteur : Francis DEBEYRE
Francis Debeyre créée des masques pour le théâtre depuis près de quarante ans. En 1981, il apprend la technique du cuir martelé auprès de Stefano Perocco di Meduna, lui-même élève de Sartori, maître du masque de la commedia dell’arte. Mais c’est la rencontre, en 1984, avec Werner Strub, créateur incontesté et complice du metteur en scène genèvois Benno Besson, qui oriente définitivement son travail. Vingt cinq années d’amicales rencontres et de longues et fructueuses conversations, en Suisse d’abord, puis dans son atelier du Jura. « Je dois à Werner le questionnement incessant de la matière, la liberté des formes, l’exigence du travail et tant d’autres trésors ... »

“Masques pour théâtres et légendes”

There are no reviews yet.